Nouveauté

Histoire

Nature

Coloriage

Arts

Sport

Roman

Contact

Infos légales

Tél. 06 32 13 82 65

La nouvelle maison d'édition

au Pays basque présente

        Des photographies uniques

du passé maritime basque dévoilées,

            pour la plupart, pour la première fois !

 

 Cliquez, imprimez, envoyez !

Livre incontournable sur l’évolution de l’environnement maritime
                 de la
Côte basque de 1865 à 1940.

[ Auteurs Marie-Pierre Galarraga, Christian Ondicola, Jean-Marc Ospital et Michel Péry de l'association Itsas Begia ]

[ Photographies Issues des collections du Musée d’Aquitaine et d’un fonds privé du photographe Konarzewski ]

[ Préface François Hubert, directeur du Musée d’Aquitaine ]

[ Format  24 cm x 17 cm ]  [ Pages  132 ]  [ Photographies  50 ]  [ Illustrations  21 ]

[ Parution  Février 2015 ]  [ Bilingue  Français / Basque ]  [ Prix  15 € ]  [ Isbn  9791094405017 ]

Pierre Ghigliazza est l’auteur d’un roman policier, « Entre landes et lochs » et d’un recueil de nouvelles, « Dérèglements »,

teintées d’humour noir. Son ancrage récent à Hendaye a éveillé son intérêt pour la recherche et la connaissance de l’histoire locale qu’il communique et diffuse par les voies de l’écriture

et de l’animation de conférences ludo-historiques.

 

 Cliquez, imprimez, envoyez !

© DR

Récit historique  [ Format  15 cm x 21 cm ]  [ Pages  188]  [ Illustrations  140 ]

[ Couverture  souple ]  [ Parution  Mai 2016 ]  [ Prix  20€ ]  [ Isbn  979-10-94405-10-9 ]

Le Pays basque était loin du Front en 1914. Ses habitants ont sans doute moins souffert que ceux du Nord de la France, ils n’ont pas été contraints à l’exode pour fuir l’avancée de l’armée allemande, mais ils ont contribué comme tous les Français à la défense du pays et de la liberté. À l’arrière, ils se sont organisés pour accueillir les populations déplacées et soigner les blessés.

Au Front, les soldats mobilisés ont combattu sur tous les théâtres d’opération, en Europe et en Orient, enrôlés dans le 49e régiment d’infanterie de Bayonne ou le 18e régiment d’infanterie de Pau. Ils ont participé sur terre, sur mer et dans les airs à toutes les batailles. Ils ont connu Charleroi, Verdun, la  Marne, la Somme, mais aussi la Crimée ou la Macédoine. Ils ont porté les armes aux côtés de Maurice Genevoix ou de Jean Giono. Ils sont tombés non loin de Charles Péguy ou d’Alain Fournier.

Basque, pilotari, grand héros de la Seconde Guerre mondiale, cité par Eisenhower dans ses mémoires et honoré par de Gaulle, son premier "exploit" fut de détruire
7 chars ennemis en un jour !
…la légende était née.

Biographie  [ Format  24 cm x 22 cm ]  [ Pages  88]  [ Illustrations  65 ]

[ Couverture  cartonnée rigide ]  [ Parution  octobre 2015 ]

[ Bilingue  l'ouvrage contient un résumé basque ]  [ Prix  20€ ]  [ Isbn  979-10-94405-02-4 ]

 

 Cliquez, imprimez, envoyez !

© DR

Le jeune Victor Iturria quitte la ferme familiale de Sare au Pays basque pour son service militaire. Il rejoint ses frères et sœur à Paris pour travailler... Cela pourrait être une banale histoire, pourtant, celle que ce livre raconte est tout autre.

Victor Iturria est un enfant « terrible », toujours prêt pour une farce ou autre dans son village. Contrebandier très recherché par les gendarmes et les douaniers, tailleur de pierre et joueur de pelote au lancer exceptionnel, son destin va le conduire vers d’autres chemins. Son chemin est aussi celui de la Seconde Guerre mondiale. En 1939, il est mobilisé lors de la déclaration de guerre de la France et de l’Angleterre contre l’Allemagne nazie...

Dès la campagne de France, Victor Iturria devient une légende. Évacué en Angleterre, sa route croise celle du capitaine Bergé, du général de Gaulle à Londres en 1940 et des Français libres. Du Moyen-Orient au parachutage en Bretagne, en quatre années, Victor Iturria est devenu incontournable sur toutes les missions stratégiques et de confiance. Ses grenades faisaient mouche, tout comme la pelote sur les frontons.

Membre des premier SAS (Special Air Service), le sergent-chef Victor Iturria n’est pas revenu dans son village de Sare. Le 25 août 1944, jour de la libération de Paris, sur une route de Bretagne, une embuscade lui est fatale... il avait trente ans.